Archive for the 'astronomie' Category

Que se passe-t-il autour de KIC 8462852 ?

Le phénomène n’aura échappé qu’à peu de personnes intéressées par l’astronomie. En septembre 2015, la communauté scientifique découvrait que l’étoile KIC 8462852, surnommée depuis Tabby’s Star en référence à l’auteure de l’étude, était le siège de phénomènes bien étranges et inexpliqués entraînant des baisses irrégulières allant jusqu’à 20% de sa luminosité. 20% c’est absolument énorme. Seule une naine brune gravitant autour de l’étoile pourrait en occulter la lumière de manière aussi importante. Mais l’occultation étant irrégulière, elle ne peut pas être le fait d’un seul astre. Il faut se faire à l’idée que, quelqu’en soit la cause, le phénomène à l’oeuvre est nouveau et n’a jamais été observé jusqu’à présent.

Les hypothèses naturelles sont nombreuses à avoir été passées en revue et toutes se sont effondrées comme des châteaux de cartes sous la broyeuse des réflexions et des recherches menées avec frénésie dans le milieu astronomique depuis cette révélation.

Je m’intéresse tout particulièrement aux hypothèses exo-artificielles, notamment celle qui a été émise dès le départ et qui a mis notre planète en ébullition, la sphère de Dyson.

Cependant, tout comme les hypothèses naturelles se sont effondrées, celle de la sphère de Dyson est aussi bancale. Deux observations tendent à invalider cette hypothèse. Tout d’abord, l’observation dans l’infrarouge ne révèle aucune anomalie. Or une sphère conçue avec nos standards technologiques ne manquerait pas d’émettre beaucoup de chaleur en raison de la déperdition d’énergie. Ensuite, le programme SETI a pointé ses radio-télescopes vers Tabby’s Star et n’a détecté aucun signal radio anormal.

Reprenons la première observation. Il ne fait pas de doute qu’une civilisation, avancée au point de construire une méga-structure autour de son étoile, le serait très nettement plus que la notre technologiquement parlant. La difficulté majeure serait d’avoir une conversion d’énergie proche de 100% sur une gamme de longueur d’onde couvrant tout le visible. Une étude spectrale approfondie de cette étoile lors d’une phase d’occultation nous en apprendra mieux sur la nature du phénomène qui en est à l’origine.

Concernant la deuxième observation, il y a deux pensées qui me viennent à l’esprit. Tout d’abord, la sensibilité de nos radio-télescopes est-elle suffisante pour déceler un signal artificiel de puissance, disons, comparable à celle de nos émissions télévisées, à une distance de 1400 années-lumière ? Et si c’est le cas, ce que nous observons ne serait-il pas un vestige ? Celui d’une civilisation disparue, ou bien ayant régressé technologiquement.

Pour étudier les hypothèses naturelles, il est vraisemblable que des astronomes se pencheront sur l’étude du spectre de cette étoile. Et aussi sur l’observation radiale, celle qui a permit de découvrir la première exo-planète.

Nous en apprendrons certainement davantage d’ici deux ou trois ans. Alors en attendant, faîtes comme moi, bouffez-vous les ongles et écrivez un article de blog, ça vous aidera à patienter :p

Publicités

Google Sky accessible par le Web

Quelques mois seulement après avoir été ajouté à Google Earth, Google Sky est dorénavant accessible par le Web, c’est-à-dire à travers le navigateur.

J’ai eu un peu de mal à me repérer au début, et pourtant je connais bien la carte des étoiles car je suis un passionné d’astronomie. Il m’a fallu recourir au filtre « historique » pour repérer les principales constellations. En revanche, la fonction de recherche est très efficace. Il est possible de rechercher une constellation, une étoile ou n’importe quel astre par son nom ou sa désignation NGC. Même les planètes sont visibles à leur position réelle.