J’ai une idée !!

En raison de problèmes réglementaires, il est fort probable que je serai amené à pivoter. Étant donné que je n’ai d’autre choix que d’attendre lundi l’ouverture de la Banque de France pour obtenir confirmation,  j’ai réfléchi tout le weekend au pivot que je vais très certainement  devoir faire.

Comme je ne manque pas de ressource 😉 j’ai rapidement trouvé une idée nouvelle. Je suis assez prolifique en la matière, aussi je ferai prochainement un billet pour expliquer comment me viennent toutes ces idées afin de faire profiter tout le monde de mon inspiration. Mais le sujet du présent billet porte plutôt sur l’importance qu’on accorde trop souvent à ses idées dans la phase de création d’une startup.

Je profite d’être exactement dans la phase qui succède la venue d’une idée. À partir de ce moment, pour m’assurer que mon idée est viable, j’ai commencé par réfléchir à la mise en oeuvre en identifiant les aspects les plus problématiques. C’est là que se situe le danger. À trop penser à des aspects techniques, piège dans lequel tombent facilement les développeurs comme moi, on s’écarte de la vraie question que doit se poser un entrepreneur en phase de création : y a-t-il un marché pour mon produit/service ?

Lorsqu’on part de l’idée et qu’on y consacre du temps, de l’énergie ou de l’argent pour la concevoir et lui donner corps, on peut être prêt à tout pour se convaincre que cette idée est bonne. On est quelques fois prêt à nier la réalité, la déformer ou n’en retenir que ce qui nous conforte. On fini par y croire parce qu’on veut y croire.

Si vous êtes en train de créer votre startup, ne vous croyez pas à l’abri de cet aveuglement. Ce système de croyance s’installe inconsciemment. Vous finissez par développer un rapport affectif à votre idée, je l’ai déjà vu. Si vous n’avez pas de client et que vous ne connaissez rien de vos clients potentiels, il s’agit pourtant bien d’une croyance que rien ne vient étayer.

Lorsqu’on se trouve dans une situation où la question de la pertinence d’une idée se pose, et que ce contexte est celui d’une création de startup, la bonne démarche est d’aborder le marché sans a priori, sans chercher à imposer une solution en particulier. La solution doit découler de la compréhension du marché. Il ne faut pas faire l’inverse, c’est-à-dire obtenir du marché la confirmation que son idée est la bonne.

Si on ne doit pas sonder le marché avec des a priori, il faut tout de même le faire avec une thématique. C’est à ce niveau que doit se placer votre idée. Votre idée doit fournir une orientation, pas un plan de route. Si vous n’avez pas encore identifié de besoin mais que vous avez déjà toute une série d’hypothèses à valider/invalider pour construire votre solution, vous mettez la charrue avant les boeufs. Vous aborderez le marché avec des questions fermées qui ne vous apporteront aucune compréhension mais qui serviront uniquement à conforter votre vision.

La raison profonde pour laquelle vous ne devez pas partir avec une idée trop concrète, c’est que vous devez avoir l’humilité de reconnaître que vous n’êtes pas un génie. Or seuls les génies ont des idées géniales. Cela ne veut pas dire que vous ne réussirez jamais. Cela veut dire que la vision que vous avez du marché est certainement fausse, ou du moins incomplète ou biaisée. Vous devrez donc adapter votre vision à la réalité et pour cela, vous devez avoir une compréhension de cette réalité. C’est en ouvrant vos écoutilles que vous découvrirez peut-être un besoin qui mérite une solution.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :